Hyperthyroïdie : les signes et traitements de cette maladie endocrinienne

Hyperthyroïdie : les signes et traitements de cette maladie endocrinienne

La thyroïde, en produisant les hormones thyroïdiennes, gère de nombreuses fonctions de notre organisme et métabolisme. La suspicion d’une maladie thyroïdienne peut paraître effrayante quand on a idée des symptômes. Que ce soit pourtant pour une thyroïdite, de l’hypothyroïdie ou de l’hyperthyroïdie, des traitements médicaux existent et doivent être mis en place dès le diagnostic d’un spécialiste.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

Pouvant toucher jusqu’à 2 % de la population dans certains pays, l’hyperthyroïdie est une maladie généralement développée par les femmes et elle se déclare entre 30 et 60 ans.

A voir aussi : Où trouver de l’oxygène médical ?

Définition de la maladie

La glande thyroïde est chargée de sécréter des hormones thyroïdiennes qui veillent au bon fonctionnement de notre organisme. En cas d’hyperthyroïdie, la glande sécrète excessivement ces hormones, ce qui a pour conséquence d’accélérer plusieurs fonctions de votre corps.

Ce sont les hormones nommées TSH (thyréostimulines) produites par l’hypophyse qui stimulent la thyroïde. L’analyse de son taux est donc primordial pour comprendre les troubles.

Lire également : Comment prendre de l'huile de CBD pour le sommeil ?

Symptômes de l’hyperthyroïdie

Plusieurs symptômes sont observables lorsque vous souffrez d’un problème de thyroïde : 

  • un goitre peut apparaître au niveau de votre cou. Un goitre est un grossissement de la glande thyroïde qui dénote une inflammation de celle-ci
  • une accélération anormale du rythme cardiaque
  • des tremblements des mains
  • une température corporelle élevée
  • une perte significative de poids malgré un appétit normal
  • un état de fatigue permanent
  • d’importants troubles du sommeil
  • des troubles oculaires
  • une transpiration excessive
  • un transit intestinal accéléré
  • la perte de masse musculaire
  • des troubles autour du cycle menstruel

Il est important de noter qu’un seul de ces symptômes ne suffit pas à diagnostiquer une maladie thyroïdienne. C’est le cumul des symptômes qui peut amener votre médecin à vous prescrire des examens.

À quoi est dû un dérèglement de la thyroïde ?

La principale cause de l’hyperthyroïdie est la maladie de Basedow. La maladie de Basedow est une pathologie auto-immune, c’est-à-dire que votre corps crée des anticorps pour s’attaquer à lui-même. Dans le cas de Basedow, ces anticorps menacent directement la glande thyroïde.

Une thyroïdite devient visible par l’apparition d’un goitre. Accélération cardiaque, troubles oculaires et fatigue excessive sont les symptômes qui caractérisent cette affection.

Mais l’hyperthyroïdie peut avoir d’autres causes, par exemple, une infection par un virus, la présence sur la glande d’un nodule thyroïdien hyper-sécrétant ou encore une surcharge en iode due à un traitement.

Quel traitement pour une maladie de la glande thyroïde ?

Toute maladie thyroïdienne doit être prise en charge tôt pour éviter des conséquences graves. Si vous avez des doutes sur une thyroïdite, hyper ou hypothyroïdie, il est important que vous consultiez votre médecin traitant qui vous dirigera vers un endocrinologue s’il le juge nécessaire.

Le diagnostic médical

Afin de poser un diagnostic sur vos symptômes, le spécialiste va observer déjà si un goitre s’est formé au niveau de votre cou démontrant une thyroïdite. Si c’est le cas, une échographie de la glande thyroïde sera nécessaire.

Un bilan sanguin est aussi nécessaire pour évaluer les taux d’hormones thyroïdiennes et surtout de TSH. C’est effectivement le TSH qui produit la stimulation hormonale. Pour vérifier que vous n’avez pas la maladie de Basedow, le taux des anticorps est aussi examiné. Un taux de TSH ou hormones thyroïdiennes anormalement bas ou élevé va nécessiter la mise en place d’un traitement.

Le traitement possible

L’hyperthyroïdie peut nécessiter une intervention chirurgicale mais la plupart du temps, le traitement se fait à l’iode radioactif, aussi appelé iode 131. Il est administré sous forme de capsules ou de liquide afin de détruire les cellules. Le traitement à l’iode est la majorité du temps très efficace et ne nécessite qu’une seule dose.

Six mois après la première administration d’iode radioactif, le médecin analyse de nouveau les hormones thyroïdiennes pour savoir si le traitement doit se poursuivre et si vous devez recevoir une deuxième dose.

Les conséquences à long terme de l’iode 131 sont très rares : il peut y avoir une aggravation de l’hyperthyroïdie ou au contraire, une hypothyroïdie déclarée. Il faut en parler à votre endocrinologue.

à voir